Rechercher

Celle que j'aurais pu être (par Helena Perdoux-Frances)...

Dernière mise à jour : sept. 24

Les femmes se construisent souvent sur des passions inassouvies qui les poursuivent toute leur existence. Et si l'on faisait de ces rêves oubliés, une force de vie ? Racontez-moi le(s) vôtre(s) sur contact@your50s.com.


J’aurais pu...


Si mes parents avaient pu entendre ma passion pour la danse classique, j’aurais pu devenir danseuse... le rêve de ma vie de petite fille...


Si ma proposition de remplacer la danse par le piano avait été retenue, j’aurais pu exprimer tous mes sentiments, les bons, les mauvais, les incompris avec des notes...

Si mon penchant artistique avait été cultivé, j’aurais pu nourrir mon mental, mes émotions d’une façon plus constructive que destructrice...


J’aurais pu désobéir et me battre pour devenir celle que je voulais être... mais on ne désobéit pas quand on a 5 ans et puis 7 ans, la tête remplie d’un avenir qu'on ne maîtrise pas.

Je serais devenue une jeune femme épanouie dont la vocation aurait été préservée et développée... ou pas.


J’aurais pu... mais à la place, je suis devenue une femme forte, combattive mais sensible et émotive. Tout comme le pays d’origine de ma mère, je suis devenue rude au combat et pleine de vie... cette envie de vivre forte et sans pitié qui inlassablement m’a obligée à me relever après une chute... encore et encore... c’est elle qui me fait encore rire, apprécier ce que j’ai, accepter ce que je n’ai pas.


J’aurais pu mais qui serais-je devenue ? Aurais-je su me battre pour ceux que j’aime avec tant de fougue que les montagnes finissent par se déplacer ?

Aurais-je su observer, entendre, écouter et aimer avec autant de profondeur que de légèreté ?

Celle que je suis devenue est là, maintenant, sans possibilité de retour. Sa passion pour la vie la rend belle parfois.


Celle que je suis devenue veut être en paix avec celle qui aurait pu...






24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout